La beauté des montagnes plutôt que leur altitude

A propos du courrier de lecteur «Si les montagnes ne s’envoleront pas, l’âge n’attendra pas» paru dans «Les Alpes» 6/2020

Chaque fois que je lis un texte parlant de gens qui cherchent à récolter des 4000, des 8000 ou des sommets en général, je me demande ce qui différencie une montagne de 4000 mètres d’une autre qui culmine à 3900 mètres. A mon sens, rien. Lorsque nous allons en montagne, nous devrions profiter de la beauté du paysage plutôt que de viser l’altitude ou la performance. Je suis certain que l’on peut trouver cette beauté non loin de chez soi. Il est positif de chercher à réaliser de grandes choses dans la vie, mais il faut aussi savoir se contenter de ce qui nous est donné, sans toujours chercher plus, comme des fous.

Feedback