L’influence des sacs à dos airbag Avalanches: la propension au risque avec un sac airbag

En savoir plus

Randonnée et glisse au Piet Course à raquettes au Hoch-Ybrig

En savoir plus

Revue actuelle 2020/02

Nouveautés par rubrique

La femme et le ski: oui, mais...

Le numéro de février 1943 de Nos Montagnes, la revue du Club suisse des femmes alpinistes, est entièrement consacré au ski. Sur 24 de ses 26 pages, des femmes et des hommes écrivent sur le plaisir et le danger, l’histoire et la technique du ski, moitié en allemand, moitié en français. Aussi bien le médecin Rudolf Campell, alors président central du CAS, que Madame Hess-Vincent, secrétaire de la commission technique de la Fédération suisse de gymnastique féminine, se sont prononcés en faveur du ski féminin, avec modération toutefois: «Le ski, lorsqu’il est pratiqué avec raison, constitue un excellent exercice pour les femmes. La course devrait pour elles se limiter à un épisode passager, qui ne devrait jamais devenir une fin en soi.» Le guide de montagne et moniteur de ski Simon Rähmi donne «des explications très peu mécaniques» pour quatre illustrations, «car ces dames ne sont pas des amies de la mécanique du ski». Elisabeth Borel, de la section Neuchâtel du CSFA, conclut l’article «La jolie saison du ski» avec le constat suivant: «Joies du ski, les meilleures parmi les meilleures, vous resterez inoubliables et inoubliées.»

La femme et le ski: oui, mais...

Le numéro de février 1943 de Nos Montagnes, la revue du Club suisse des femmes alpinistes, est entièrement consacré au ski. Sur 24 de ses 26 pages, des femmes et des hommes écrivent sur le plaisir et le danger, l’histoire et la technique du ski, moitié en allemand, moitié en français. Aussi bien le médecin Rudolf Campell, alors président central du CAS, que Madame Hess-Vincent, secrétaire de la commission technique de la Fédération suisse de gymnastique féminine, se sont prononcés en faveur du ski féminin, avec modération toutefois: «Le ski, lorsqu’il est pratiqué avec raison, constitue un excellent exercice pour les femmes. La course devrait pour elles se limiter à un épisode passager, qui ne devrait jamais devenir une fin en soi.» Le guide de montagne et moniteur de ski Simon Rähmi donne «des explications très peu mécaniques» pour quatre illustrations, «car ces dames ne sont pas des amies de la mécanique du ski». Elisabeth Borel, de la section Neuchâtel du CSFA, conclut l’article «La jolie saison du ski» avec le constat suivant: «Joies du ski, les meilleures parmi les meilleures, vous resterez inoubliables et inoubliées.»

La femme et le ski: oui, mais...

Le numéro de février 1943 de Nos Montagnes, la revue du Club suisse des femmes alpinistes, est entièrement consacré au ski. Sur 24 de ses 26 pages, des femmes et des hommes écrivent sur le plaisir et le danger, l’histoire et la technique du ski, moitié en allemand, moitié en français. Aussi bien le médecin Rudolf Campell, alors président central du CAS, que Madame Hess-Vincent, secrétaire de la commission technique de la Fédération suisse de gymnastique féminine, se sont prononcés en faveur du ski féminin, avec modération toutefois: «Le ski, lorsqu’il est pratiqué avec raison, constitue un excellent exercice pour les femmes. La course devrait pour elles se limiter à un épisode passager, qui ne devrait jamais devenir une fin en soi.» Le guide de montagne et moniteur de ski Simon Rähmi donne «des explications très peu mécaniques» pour quatre illustrations, «car ces dames ne sont pas des amies de la mécanique du ski». Elisabeth Borel, de la section Neuchâtel du CSFA, conclut l’article «La jolie saison du ski» avec le constat suivant: «Joies du ski, les meilleures parmi les meilleures, vous resterez inoubliables et inoubliées.»

La femme et le ski: oui, mais...

Le numéro de février 1943 de Nos Montagnes, la revue du Club suisse des femmes alpinistes, est entièrement consacré au ski. Sur 24 de ses 26 pages, des femmes et des hommes écrivent sur le plaisir et le danger, l’histoire et la technique du ski, moitié en allemand, moitié en français. Aussi bien le médecin Rudolf Campell, alors président central du CAS, que Madame Hess-Vincent, secrétaire de la commission technique de la Fédération suisse de gymnastique féminine, se sont prononcés en faveur du ski féminin, avec modération toutefois: «Le ski, lorsqu’il est pratiqué avec raison, constitue un excellent exercice pour les femmes. La course devrait pour elles se limiter à un épisode passager, qui ne devrait jamais devenir une fin en soi.» Le guide de montagne et moniteur de ski Simon Rähmi donne «des explications très peu mécaniques» pour quatre illustrations, «car ces dames ne sont pas des amies de la mécanique du ski». Elisabeth Borel, de la section Neuchâtel du CSFA, conclut l’article «La jolie saison du ski» avec le constat suivant: «Joies du ski, les meilleures parmi les meilleures, vous resterez inoubliables et inoubliées.»

La femme et le ski: oui, mais...

Le numéro de février 1943 de Nos Montagnes, la revue du Club suisse des femmes alpinistes, est entièrement consacré au ski. Sur 24 de ses 26 pages, des femmes et des hommes écrivent sur le plaisir et le danger, l’histoire et la technique du ski, moitié en allemand, moitié en français. Aussi bien le médecin Rudolf Campell, alors président central du CAS, que Madame Hess-Vincent, secrétaire de la commission technique de la Fédération suisse de gymnastique féminine, se sont prononcés en faveur du ski féminin, avec modération toutefois: «Le ski, lorsqu’il est pratiqué avec raison, constitue un excellent exercice pour les femmes. La course devrait pour elles se limiter à un épisode passager, qui ne devrait jamais devenir une fin en soi.» Le guide de montagne et moniteur de ski Simon Rähmi donne «des explications très peu mécaniques» pour quatre illustrations, «car ces dames ne sont pas des amies de la mécanique du ski». Elisabeth Borel, de la section Neuchâtel du CSFA, conclut l’article «La jolie saison du ski» avec le constat suivant: «Joies du ski, les meilleures parmi les meilleures, vous resterez inoubliables et inoubliées.»

La femme et le ski: oui, mais...

Le numéro de février 1943 de Nos Montagnes, la revue du Club suisse des femmes alpinistes, est entièrement consacré au ski. Sur 24 de ses 26 pages, des femmes et des hommes écrivent sur le plaisir et le danger, l’histoire et la technique du ski, moitié en allemand, moitié en français. Aussi bien le médecin Rudolf Campell, alors président central du CAS, que Madame Hess-Vincent, secrétaire de la commission technique de la Fédération suisse de gymnastique féminine, se sont prononcés en faveur du ski féminin, avec modération toutefois: «Le ski, lorsqu’il est pratiqué avec raison, constitue un excellent exercice pour les femmes. La course devrait pour elles se limiter à un épisode passager, qui ne devrait jamais devenir une fin en soi.» Le guide de montagne et moniteur de ski Simon Rähmi donne «des explications très peu mécaniques» pour quatre illustrations, «car ces dames ne sont pas des amies de la mécanique du ski». Elisabeth Borel, de la section Neuchâtel du CSFA, conclut l’article «La jolie saison du ski» avec le constat suivant: «Joies du ski, les meilleures parmi les meilleures, vous resterez inoubliables et inoubliées.»

La montagne de Valott Dessin humoristique

La rédaction vous recommande

Prévisions météo à l’ère 2.0
Prévisions météo à l’ère 2.0

Prévisions météo à l’ère 2.0

Pour réussir une course en montagne, il est essentiel de disposer de prévisions météo fiables. Grâce aux smartphones et aux applis, le bulletin est toujours à portée de main. Il existe d’innombrables applis météo de divers fournisseurs, à différents prix. Mais quelle est la meilleure?
Lire l'article
La grimpe en mode braconniers
La grimpe en mode braconniers

La grimpe en mode braconniers

Les parois de la Marchande dominent le village des Diablerets sur près de 1 kilomètre. Encore peu connues, ces falaises n’avaient pas échappé aux braconniers qui y avaient «ouvert une voie» il y a plus d’un siècle.
Lire l'article
En randonnée après un infarctus
En randonnée après un infarctus

En randonnée après un infarctus

Une quarantaine de patients des hôpitaux romands, victimes d’un infarctus quelques mois auparavant ont relié Sainte-Croix à Saint-Cergue. But: se prouver à eux-mêmes et aux autres ce qu’ils sont capables d’accomplir.
Lire l'article

En savoir plus sur «Les Alpes»

FAQ
FAQ

FAQ

En savoir plus
Feedback