Werner Munter membre d'honneur

« La neige est une matière captivante; je ne me lasse pas de l' étudier », affirmait Werner Munter au micro de Röbi Koller, animateur à la télévision alémanique, lors de la Fête centrale. Werner Munter, 66 ans, avait été nommé membre d' hon du CAS le jour-même pour ses réalisations dans le domaine de la technique alpine et de la sécurité; la satisfaction se lisait sur son visage. Dans son discours d' éloge, Dres Schild, guide de montagne, a retracé les hauts et les bas qu' ont connu les relations entre Werner Munter, philosophe, physicien et expert ès avalanches, et le CAS. Ces rapports, a-t-il expliqué, ont souvent suscité des frictions, mais Werner Munter a su les transformer en énergie positive. Quant à la reconnaissance dont bénéficient aujourd'hui le 333 et la méthode de réduction, il ne l' a obtenue qu' au prix d' une grande persévérance. En outre, dans les années 1960, Werner Munter découvrit l' utilité du de-mi-nœud d' amarre, ou demi-cabestan, pour l' assurage en escalade; ce nœud est d' ailleurs appelé « Munter Hitch » en anglais. Dans sa jeunesse, Werner Munter escalada toutes les faces nord des Alpes bernoises, subissant un certain nombre d' accidents. Ces expériences furent à l' origine de son intérêt pour la sécurité. Sa ténacité, son ouverture d' esprit mais aussi ses théories anticonformistes ont déclenché en tout temps des réactions contradictoires. Ainsi, dans les années 1960, l' Association suisse des guides de montagne refusa sa demande d' affilia. Pourtant, à la même période, Werner Munter commençait à dispenser des cours sur les avalanches aux chefs de courses du CAS. Là aussi, dans les années 1980, il y eut de l' eau dans le gaz: « Le CAS a mis un terme à notre collaboration; un an plus tard, j' étais embauché par l' ENA », se souvient-il. Somme toute, ces turbulences ont toujours connu une issue positive, raison pour laquelle il conclut par un « Merci au CAS! » Ainsi sait-il gré au CAS de la reconnaissance qu' il lui témoigne aujourd'hui, dans un discours teinté de réconciliation. L' ASGM, elle, l' a nommé membre d' honneur en 1995, et, en 1997, il s' est vu décerner le prix autrichien de la sécurité, le Prix Dietmar-Eybl.

Feedback