Emile Javelle (1847-1883)

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Emile Javelle ( 1847-1883 ) C' est en 1868, à 21 ans, qu' Emile Javelle, ce Français né à St-Etienne, vint, après maints avatars, s' établir à Vevey comme maître de français dans un pensionnat de jeunes gens de cette ville. Dès ce moment, les Alpes exercèrent sur lui une véritable fascination. La Dent du Midi d' abord, qu' il avait chaque jour devant les yeux, et qui fut pendant plusieurs années son terrain de jeu et d' évasion favori. 11 lui a consacré une description, parue dans Y Echo des Alpes en 1870, et qui montra en lui, dès ce premier essai, un écrivain de race. Cette même année 1870, il gravit le Cervin avec un seul guide. Il fut le deuxième membre du CAS à faire cette ascension considérée alors comme un exploit. Puis viennent, en moins de dix ans, tous les grands pics valaisans: Weisshorn, Rothorn de Zinal, Dent Blanche, Rimpfischhorn, Mont Rose, Dent d' Hérens, le redoutable Morning Pass, la Grivola et le Grand Paradis et enfin la traversée du Mont Blanc, de Courmayeur à Chamonix, avec un de ses élèves âgé de 15 ans. Sans doute qu' il eut ajouté bien des noms encore à ce déjà riche tableau si, à partir de 1880, sa santé déclinante ne lui avait interdit les grandes courses.

Le principal mérite de Javelle est d' avoir découvert et révélé aux alpinistes le massif du Trient, absolument inconnu d' eux jusqu' en 1872. Il l' a décrit dans plusieurs articles et récits, et en a célébré les beautés dans le récit de la première ascension du Tour Noir, cet incomparable fleuron de la littérature alpine d' expression française. Ces Alpes du Trient, Javelle les a parcourues en tous sens, il y a fait de nombreuses « premières », son nom a été donné à l' une des plus belles aiguilles. Enfin il fut en 1876 le promoteur très actif et très convaincant de la construction de la première cabane d' Orny.

Javelle considérait la Suisse comme sa seconde patrie; ses amis de Lausanne et de Vevey ne voyaient pas du tout en lui un étranger.

Il n' y eut aucune objection à sa nomination de président de la section des Diablerets pour les années 1874-1875, et plus tard de la section Jaman. Les récits de Javelle ont été réunis après sa mort dans le volume Souvenirs d' un alpiniste ( 1886 ). Le livre, véritable classique de la littérature alpine, a été réédité plusieurs fois.Louis Seylaz

Feedback