Gerold Meyer von Knonau (1843-1931)

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Gerold Meyer von Knonau ( 1843-1931 ) L' historien Gerold Meyer von Knonau occupe une situation à part parmi les pionniers du CAS. Son importance en tant qu' alpiniste est tout à fait secondaire; en revanche il se place au premier rang comme historien universel du domaine alpin suisse et plus spécialement des cols des Alpes considérés comme facteurs historiques dans toute l' acception du mot. Les résultats de ses travaux ont paru dans le Jahrbuch.

Dernier rejeton d' une très ancienne famille aristocratique, Gerold Meyer naquit le 5 août 1843 à Zurich où son père était archiviste cantonal, et il enseigna l' histoire générale à l' université pendant 42 ans. Le rectorat de 1896 à 1898, le doctorat honoris causa de Leipzig et de Genève, des distinctions venant des cercles les plus éloignés furent lajuste récompense d' une vie de recherches au service de la vérité, vie qui s' éteignit le 16 mars 1931 après six ans d' une santé toujours plus déficiente.

Les cols des Alpes qu' il avait tous traversés personnellement l' intéressaient au plus haut degré. De là ses descriptions si exactes et si remarquables.

La section Uto à laquelle il se rattacha de bonne heure fut son porte-parole habituel pour les 36 conférences qu' il y donna, afin de populariser ses découvertes. Y parvint-il vraiment dans sa langue académique, aux phrases souvent compliquées? Il fut membre adjoint du CC à Zurich de 1885 à 1887. La section le nomma membre d' honneur en reconnaissance de son activité.

Le savant remit 22 de ses conférences et 6 nouvelles à la rédaction du Jahrbuch. De la première année à la vingt-sixième - avec deux interruptions seulement - un article important de sa plume parut dans chaque volume, le dernier dans le 51e tome, alors que Knonau était âgé de 83 ans. Les thèmes de ses 28 articles se cristallisent autour de deux problèmes: l' histoire politique des cantons situés dans les districts officiels du club et les Alpes comme théâtre de combats.

Le premier groupe comprend les vallées alpestres d' Eschen, de Lötsch, de Hasle et d' Unterwald. Leur histoire renforce « l' importante des conditions géographiques pour la formation politique des cantons suisses ». « Le Suisse ne doit jamais oublier que ses montagnes représentent les grands facteurs de son histoire. » L' article « Montagnes et frontières suisses » touche au problème central de la formation politique de la Suisse.

Les aspects de politique mondiale constamment évoqués sont pleinement développés dans le second groupe: sept articles d' histoire militaire. La vision de l' historien embrasse une période allant du passage des Alpes par Annibal à ceux de Bonaparte. Et ici aussi se rencontre l' application pratique qu' en fait l' historien: « Nous ne devons pas oublier que fréquemment l' histoire du monde a écrit des chapitres sur ces sentiers de montagne. » Nos cols alpestres considérés comme routes de communication et de commerce au Moyen Age et une incursion sur la supplantation de l' agriculture par l' économie alpestre à l' exemple d' Uri complètent l' image de politique mondiale du point de vue économique.

Parmi les articles de caractère biographique, citons les études sur le chroniqueur Johannes Stumpf, l' explorateur alpin Josias Simler, le voyageur anglais William Coxe et le premier peintre de montagne suisse, Ludwig Hess.

Une étude spéciale prend comme thème le CAS et le suit rétrospectivement jusqu' en 1880, année de parution de l' Alpina qui, pendant ses quatre ans de publication, présente un accord remarquable avec le Jahrbuch, y compris la rubrique « courses ».

Tous les ouvrages de Meyer von Knonau font preuve d' une compréhension profonde, véritablement moderne, des rapports étroits entre terres et hommes, organisation du sol et événements historiques, facteurs qui prirent une importance primordiale dans notre domaine alpin.

Paul Sieber

Feedback