Johann Jakob Müller-Wegmann (1810-1893)

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Johann Jakob Müller-Wegmann ( 1810-1893 ) A la plus ancienne génération des pionniers de l' alpinisme appartiennent deux hommes qui, de même que Ulrich et Studer, sont souvent cités ensemble sous leur double nom: Johann Jakob Müller-Wegmann et Heinrich Zeller-Horner. Tous deux sont de 1810; tous deux figurent parmi les fondateurs du CAS et de la section Uto dont ils furent membres d' honneur; tous deux enfin ont leur place dans l' histoire de l' alpinisme en qualité d' auteurs de panoramas. Ce n' est que comme grimpeurs qu' ils se différencient.

Müller-Wegmann, l' aîné de huit mois, est né le 11 février 1810 à Zurich. Il était fils du peintre Konrad Müller et fit à Stuttgart un apprentissage de laquage de voitures tout en s' initiant à la fabrication des vernis. En 1842 il ouvrit un commerce de vernis qui lui apporta l' aisance matérielle. La fin de sa vie fut attristée par la mort de sa seconde épouse et d' un petit-fils, et par la perte de la vue due à la cataracte. Il mourut le 26 septembre 1893 à Stein am Rhein où il passa ses dernières années.

La vente de son commerce lui avait permis de suivre son inclination naturelle: voyager et dessiner. C' est ce qu' il fit durant les décennies 60 et 70. Il parcourut la Haute Engadine, les cantons primitifs, le pays de Glaris, le Tessin et le Valais, plus tard aussi le Vorarlberg et Montafon. La haute montagne ne l' attira jamais. Il avait une préférence marquée pour les Grisons, qu' il visita 35 fois.

Dans toutes ses courses, il emportait son matériel de dessin, mais ce n' est qu' à partir de 1850 qu' il se mit à dessiner les montagnes. Au début, il pratiquait le dessin au trait à la manière de Calarne; dès 1860 il se borna à des silhouettes linéaires sans effets de lumière. Une de ses spécialités était les vues de montagnes prises à travers les verres du télescope. La section Uto en a reproduit 23 dans son Festschrift de 1904. Müller-Wegmann a laissé environ 3000 dessins originaux et 1100 copies, dont 2422 des Alpes suisses. Le seul groupe du Glärnisch est représenté par 489 dessins. En 1882, l' auteur a cédé à la section Uto du CAS cette gigantesque collection, augmentée de nombreux dessins coloriés et de planches gravées de peintres célèbres, pour le prix de 2500 francs, somme destinée à venir en aide aux victimes des catastrophes naturelles. La section Uto a fait dresser le catalogue de la collection, qui est déposée à la Bibliothèque centrale du CAS à Zurich. En reconnaissance de ce don, elle a nommé Müller-Wegmann membre d' honneur.

Le Jahrbuch du CAS a largement utilisé les dessins de M.W. Il a publié 50 de ses panoramas et vues de montagnes. Ces reproductions sont exécutées d' après la technique graphique de l' époque: gravures sur bois coloriées, impressions en couleurs, lithographies, dans les formats les plus divers, depuis la petite vignette aux vastes panoramas dépliants donnés en suppléments artistiques à Y Annuaire. De la masse de ceux-ci, nous ne citerons, dans l' ordre chronologique, que les plus importants: Walliser Schwarzhorn ( en collaboration avec G. Studer, 16:150 cm ), massif du Gothard, Pusmeda, Piz Mutun, Zapportgrat, Piz Vizzan, Rhätikon von N., Sulzfluh et Drusenfluh, « dessinés à travers la lunette d' opéra », montagnes du Partnun et Alpes du Bregaglia. En tant que simples vues de sommets, on trouve dans le Jahrbuch de 1867 celles du Fluchthorn, du Dom, du Piz Platta et du Tinzenhorn. Un lot charmant est celui des nombreux « dessins de genre » disséminés dans les volumes du Jahrbuch.

Une seule fois, pour son récit Streifzüge im Excursionsgebiet ( Courses dans le champ d' excur de 1874 dans l' Oberland grison ) paru dans le Jahrbuch, Müller-Wegmann a échangé le crayon du dessinateur pour la plume du narrateur. Sa participation à l' exploration des Alpes consiste exclusivement en dessins de panoramas et vues de montagnes, modèles de précision dans les plus minutieux détails.

Feedback