Jules Jacot-Guillarmod (1868-1925)

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Jules Jacot-Guillarmod ( 1868-1925 ) Né à La Chaux-de-Fonds, Jules Jacot-Guillarmod avait vingt ans et venait de commencer des études de médecine lorsque son père mourut. Sans fortune, il dut se débrouiller pour les poursuivre et les achever, à Zurich puis à Paris. Très tôt, il fut en proie au démon de la montagne. Ses ressources sont des plus médiocres; cela ne l' empêche pas de consacrer aux Alpes tous ses loisirs et ses vacances: on dort dans le foin des chalets; on se contente de maigre pitance. En mai 1897, il part de Lausanne à vélo pour faire l' ascension du Mont Blanc. De Zurich, il parcourt les Alpes centrales, y ouvre de nouvelles routes, trouve des passages inédits. A cette époque, il n' existe pas de guides-manuels, les refuges alpins sont rares, leur situation incertaine. Jacot-Guillarmod se donne pour tâche de les photographier et d' en donner le catalogue dans son Album des cabanes du CAS ( 1898 ).

En 1902, il a la chancede participer en qualité de médecin à une expédition himalayenne dirigée par Oscar Eckenstein. Le but est le K 2, la « montagne sans pitié » ( 8611 m ), dont le sommet ne devait être atteint que 55 ans plus tard par les Italiens. Les revers et le mauvais temps s' achar sur l' expédition. Après des semaines d' attente dans les camps d' altitude, Jacot-Guillarmod et l' Autrichien V. Wessely parvinrent à 6600 m. On n' alla pas plus haut. Il a raconté l' aventure dans son livre Six mois dans l' Himalaya ( 1903 ).

Trois ans plus tard, Jacot-Guillarmod organise une autre expédition himalayenne. Cette fois, on s' attaque au Kangchenjunga ( 8461 m ), à l' autre extrémité de l' immense chaîne, un sommet tout aussi redoutable que le K 2. L' aventure se termina par une catastrophe: une avalanche précipita la caravane dans une crevasse. Jacot-Guillarmod et de Righi réussirent à se dégager; le lieutenant Pasche de Morges et trois porteurs y trouvèrent la mort. Jules Jacot-Guillarmod fut le premier pionnier suisse dans l' Himalaya.

Plutôt que grand alpiniste, il fut un découvreur, un explorateur. En 1919, il fit partie d' une mission de la Croix Rouge en Sibérie, d' où il rentra en faisant le tour du globe. En 1925, il partit seul - n' ayant pas trouvé de compagnon - pour la traversée de l' Afrique du Caire au Cap. Parvenu aux sources du Nil, il fut atteint d' une entérite infectieuse qui l' obligea à se rabattre sur Mombasa. Il mourut en mer et fut inhumé à Aden.

Il a présidé la section des Diablerets de 1915 à 1917.Seylaz

Feedback