Les variations périodiques des glaciers des Alpes suisses

Hinweis: Dieser Artikel ist nur in einer Sprache verfügbar. In der Vergangenheit wurden die Jahresbücher nicht übersetzt.

Par

E. Muret, inspecteur en chef des forêts, à Lausanne, et Dr P.L. Mercanton, professeur, à Lausanne.

Trente-quatrième rapport. 1913 ' ).

CXIII. Chutes de neige et enneigement dans le Val d' Entremonts en Valais de 1904 à 1913.

En 1904, feu F.A. Forel et le soussigné, mettant à profit une idée du professeur Henri Dufour, ont organisé le contrôle systématique de l' enneigement hivernal du Val d' Entremonts le long de la route postale du Grand St-Bernard. Entre Orsières et le Bourg St-Pierre, 8 poteaux télégraphiques, entre le Bourg St-Pierre et l' Hospice, 9 poteaux reçurent une graduation à partir du sol en traits rouges espacés de cinquante centimètres, avec numérotage des mètres.

Ces poteaux, distants de 1 à 2 km, avaient été soigneusement choisis parmi les moins exposés à faction destructrice des avalanches et les plus capables de remplir les conditions essentielles: que le dépôt de la neige à leur pied ne soit ni contrarié ni favorisé par le vent et que le poteau soit nettement visible de la grande route même. Leur surveillance devait en effet être confiée aux agents charges du service postal entre Orsières et l' Hospice et pouvoir se faire sans qu' ils eussent à s' écarter de leur chemin.

MM. François Balleys et Paul Genoud, du Bourg St-Pierre, ont été nos collaborateurs fidèles pendant les 9 hivers qu' ont duré les mensurations et ont apporté à leur tâche souvent pénible un soin et une ponctualité méritoires. Nous les en remercions ici une dernière fois comme aussi MM. les Directeurs des postes et des télégraphes du Ier arrondissement dont l' appui a permis notre entreprise.

La continuité des observations n' a pu malheureusement être toujours assurée, pour diverses raisons. Dès le premier hiver nous avons dû, en effet, constater que la neige ne s' accumulait pas normalement au pied de certains poteaux trop exposés aux courants d' air et il a fallu en changer. De fait les différences d' enneigement peuvent être très grandes pour des poteaux très voisins et pour éliminer quelque peu l' influence des conditions locales il faudrait disposer, en un même lieu, de plusieurs poteaux différemment placés. C' est d' ailleurs dans cette idée que nous avions gradué les deux poteaux nos 126 et 127 distants de quelques 50 mètres seulement et dont l' un, le 126, donnait des valeurs erronées par défaut, l' autre, le 127, par excès. La moyenne de leurs indications ne doit pas s' écarter beaucoup de la vérité.

En second lieu, la réfection de la ligne et le reserrement des poteaux nous a forcé à des remaniements trop fréquents de notre petit réseau de repères; ils se sont heureusement bornés le plus souvent au simple l' emplacement d' un poteau détérioré par un neuf, avec changement du numéro d' ordre. Je donnerai le nouveau numéro à côté de l' ancien partout où il y aura lieu.

Les poteaux occupaient les emplacements suivants:

Parcours Orsières-Bourg St-Pierre ( 10.5 km ).

N° 2021En amont d' OrsièresAlt m5964En aval de Rive-Haute11608898Chapelle St-Etienne1300128 ( 138Chapelle St-Laurent ( Liddes)1380 „.

151 ( 160Entrée amont du défilé en aval du torrent d' Allèves1500171181En face la Niord1570183 ( 190Chapelle de N.D. de Lorette1630201 ( 212Entrée aval du Bourg St-Pierre1630Parcours Bourg St-Pierre-IIospice ( 10 km ).

N1518 ) Le BarveyAlt. 1710 m4449 ) Les Erbets17406369 ) Cantine de Proz18007984 ) Cantine d' en haut, replat19008085190097 ( 103 ) En face de La Pierre, replat2000108 ( 114 ) Hospitalet2100126 ( 135 ) Sous Cholaire2230127 ( 1362230 „ Un piquet dressé au bas de la Combe des Morts a été renversé par l' avalanche avant d' avoir rendu des services appréciables; il n' a pas été rétabli. Faute d' un.

Les variations périodiques des glaciers des Alpes suisses.

emplacement convenable il n' a pas non plus été fait des contrôles au Col même du Grand St-Bernard, trop balayé par le vent.

Autant que possible les observations étaient faites le 1er et le 15 de chaque mois, à tous les poteaux, à l' occasion des courses postales de ces jours-là. Sinon elles se faisaient le lendemain, voire le surlendemain. En hiver d' ailleurs I' Hospice n' est desservi du Bourg St-Pierre que tous les deux ou trois jours. Les hauteurs de la neige gisant sur le sol ont été notées au décimètre près.

Les observations vont de l' automne 1904 au printemps 1913, sauf pour les poteaux 80 et 127 qui n' ont pu être surveillés que pendant 7 hivers.

Les précédents „ Rapports " ont donné chaque année depuis 1907 les relevés faits, en une série de tableaux qui mettent en relief, d' une année à l' autre, de grandes différences dans les hauteurs de neige gisant au pied d' un même poteau. Cela tient aux caractères très différents des hivers successifs tantôt plus ses ou plus humides, plus précoces ou plus tardifs.

Il y a donc un intérêt très grand à faire pour chaque poteau et pour chaque date la moyenne des hauteurs relevées pendant la période entière des mensurations. Le tableau I renferme ces moyennes. Leur groupement met en évidence:

1° que la couche de neige gisante constituant l' enneigement durable augmente d' épaisseur avec l' altitude; 2° que cette épaisseur atteint son maximum à la fin de l' hiver et d' autant plus tard que l' altitude est plus grande.

Enneigement Orsières-Bourg St-Pierre ( en cm ). Moyenne de 9 ans. Tableau I.1904-1913 ( 1904-1905 à 1912—1913 ).

H » du poteau Altitude eu m XII 20 ( 21 ) 59 ( G4 ) 88 ( 98 ) 128 ( 138 ) 151 ( 160 ) 171 ( 181 ) 183 ( 190 ) 201 ( 212 ) 970 1160 1300 1380 1500 1570 1630 1630 15 12 26 13 12 22 31 32 14 lil 21 13 13 29 34

Ili 11

21 11 12 26 Hl 30 18 13 33 25 24 41 57 52 4 22 11 16 34 48 12 1 2 11 6 11 22 37 28 0 ( i 2 0 3 9 16 lu Enneigement Bourg St-Pierre-Hospice du Grand St-Bernard ( en cm ).

15 ( 18 ) 1710 11 16 26 26 26 32 36 33 43 48 45 34 14 8 0 44 ( 49 ) 1740 11 15 28 30 31 36 39 36 50 li; 45 41 15 9 0 63 69 ) 1800 14 18 36 42 44 61 86 76 78 84 94 87 55 31 5 79 ( 84 ) 1900 18 24 37 60 61 77 94 88 112 112 95 90 60 25 6 )80 ( 85 ) 1900 19 26 35 44 46 58 85 78 86 84 104 89 59 30 10 97 ( 103 ) 2000 21 24 32 42 45 54 69 65 71 100 93 81 56 39 7 108(114 ) 2100 21 22 32 39 52 71 92 89 94 109 106 98 70 62 19 126(135 ) 2230 21 23 33 43 52 65 70 66 91 103 102 97 77 69 8 l)127(136 ) 2230 36 49 59 89 79 110 129 151 240 289 291 280 243 209 141 Voyons cela d' un peu plus près:

Tout d' abord en ce qui concerne l' épaisseur notée à chaque poteau et à chaque date, l' accroissement avec l' altitude, pour être patent, n' est pas régulier, le poteau 151 indique en général moins de neige que le poteau 88, dont l' altitude est plus faible de 200 m; il en est de même pour les poteaux 97 et 79. J' estime que ces différences proviennent de la situation même des poteaux et soulignent l' erreur systématique due au vent. A cet égard la comparaison des lectures aux poteaux 126 et 127 est des plus instructives. On voit aisément que cette cause d' erreur agissant constamment l' allure de l' enneigement au cours de l' hiver n' en est pas modiliée d' une façon appréciable: les courbes d' enneigement des différents poteaux pour l' hiver entier sont très semblables.

Sur le parcours Orsières-Bourg S'-Pierre, entre 970 et 1630 m d' altitude, l' en maximum tombe sur le 1 mars; sur le parcours Bourg- St-Pierre-Hospice, il a lieu plutôt vers le 15 mai' s. Le maximum est plus net et mieux localisé dans le temps pour le parcours inférieur; pour le parcours supérieur il y a quelque indécision et le maximum coïncide pour des poteaux différents avec des dates différentes. Cela dénonce un maximum étalé sur une période plus longue.

Le fait à retenir est que „ dans l' Entremonts la couche de neige gisante atteint son maximum d' épaisseur dans le courant de mars, plus tôt, si l' altitude est basse, plus tard, si elle est élevée ".

Nous n' avons aucune raison de penser que dans les autres vallées alpines les choses se passent différemment. A Bevers 1 ), en Engadine, par 1710 m d' altitude, on a noté, de 1870 à 1900 ( avec de nombreuses lacunes ) les valeurs moyennes suivantes de l' enneigement, le premier du mois: janvier 57 cm, février 64 cm, mars 71 cm, avril 67 cm.

Notre poteau n° 15, à la même altitude, a donné, de 1904 à 1913, aux mêmes dates: 26, 36, 43 et 45 cm avec, le 15 mars, un maximum de 48 cm.

Le parallélisme est frappant. Le maximum absolu de l' hiver est précédé, immédiatement, chose inattendue, d' un minimum, particulièrement net sur le parcours Bourg St-Pierre-Hospice mais déjà reconnaissable sur le parcours inférieur. Il tombe sur le 15 février pour presque tous les poteaux.

Dès le mois d' avril la fusion printanière a très rapidement raison non seulement des masses de neige gisantes, mais encore des chutes qui se produisent à cette époque. C' est d' ailleurs en mars qu' elles sont les plus fortes comme le fait voir le tableau II. Dans ce tableau on a mis en regard des hauteurs de neige gisant aux poteaux les plus voisins des trois stations pluviométriques d' Orsières, Bourg St-Pierre et St-Bernard2 ), les hauteurs de neige tombées pendant la même période 1904 à 1913, dans ces trois localités.

A vrai dire les poteaux 20 et 126 —127 ne sont pas immédiatement voisins des endroits où se mesuraient les chutes de neige, mais ils n' en sont pas si distants que la comparaison soit illégitime.

Le tableau montre que l' accroissement mensuel de la hauteur de neige tombée passe par des fluctuations traduisant l' existence aux trois stations de deux maxi- Les variations périodiques des glaciers des Alpes suisses.

Tableau II. Station pluviométrique d' Orsières et poteau 20 ( 21 ). 970 m.

1904 à 1913 Dates

{ Jour Mois

1 1 1 1 1 1 1 XI XII 1 II III IV V 3 11 23 25 25 12 1 3 14 37 62 87 99 100 — 10 13 14 18 1 0 —

— 17 -1 1 VI Neige tombée dans le mois précédent Neige tombée dès le début de l' hiver Neige restée sur le sol, total. Neige, restée: accroissement mensuel Station pluviométrique du Bourg St-Pierre et poteau 201 ( 212 ). 1630 m.

Neige tombée dans le mois précédent Neige tombée dès le début de l' hiver Neige restée sur le sol, total. Neige restée: accroissement mensuel 25 34 53 43 50 62 20 26 60 113 156 206 268 288 — 23 27 31 52 28 0

+21

— 24 — 28 22 310 0 Station pluviométrique du Gd St-Bernard et poteaux 126 ( 135)—127 ( 136 ). 2230 m.

Neige tombée dans le mois précédent Neige tombée dès le début de l' hiver Neige restée sur le sol, total. Neige restée: accroissement mensuel 88 155 191 119 120 158 98 115 270 461 580 700 858 956 29 46 66 100 166 197 160 —

+17

+20

+34

+66

+31

— 37 72 1028 7f85 Les valeurs sont données en centimètres.

mums, rapprochés pour Orsières ( janvier et février ), éloignés pour le Bourg St-Pierre et l' Hospice du St-Bernard ( décembre et mars ).

Nous venons de voir que pour la neige gisante le maximum est unique et tombe en février-mars. L' accroisement d' épaisseur de la couche a sa plus grande valeur en février aux trois stations. Aux deux stations inférieures, il fait place dès mars à un décroissement rapide. A l' Hospice l' accroissement persiste jusqu' au début d' avril.

La comparaison eût gagné à être faite après réduction en eau des hauteurs mesurées. Il eût fallu pour cela connaître la densité des neiges. Nous n' avons pu songer, à l' époque, à compliquer davantage la tâche de nos dévoués collaborateurs. Il y aurait lieu toutefois, si pareille étude était reprise, d' y comprendre des prises d' échantillons de la neige et la mesure de leur densité. A cet égard l' appareil récent de Church rendra de bons services * ).

Les mesures d' enneigement de l' Entremonts ont le mérite de se rapporter à un ensemble de stations, d' altitudes régulièrement croissantes, distribuées le long du talweg d' une grande vallée.

Nous ne pouvons les comparer en Suisse à aucunes antres à cet égard. Toutefois il est instructif de les rapprocher des relevés soigneusement faits de 1889 à 1908 au sommet du Säntis 2 ).

E. Muret et P.L. Mercantavi.

Au Säntis ( 2500 m ) la couche de neige gisante, lentement et régulièrement accrue depuis novembre atteint son maximum moyen au début d' avril, puis décroît très vite en mai et juin. C' est précisément ce que nous avons reconnu pour le groupe des poteaux 126-127, voisins du Grand St-Bernard.

Les altitudes atteintes jusqu' ici par le réseau des contrôles sont inférieures jusqu' à ce jour à la limite des neiges pérennelles ( Schneegrenze ) qui, dans nos Alpes suisses, oscille entre 2800 et 3000 m.

Il y aurait pourtant grand intérêt, du point de vue glaciologique, à dépasser ces altitudes et à étudier l' allure hivernale de l' enneigement le plus haut possible, parallèlement à l' étude du désenneigement estival. C' est à quoi serviront les nivomètres s' ils sont régulièrement et bien surveillés. Que nos collègues clubistes nous y aidentP.L. Mercanton.

CXIY. Le jaugeage du torrent glaciaire.

Quiconque, naturaliste ou ingénieur, a dû s' occuper de jauger un torrent glaciaire sait à quoi s' en tenir sur la difficulté extrême de l' opération. Cette difficulté est telle qu' à de rares exceptions près on ne la surmonte pas, et quand on y arrive ce n' est qu' au prix de peines infinies et d' installations coûteuses et précaires. Aussi les glaciéristes apprendront-ils avec joie que les efforts persévérants de MM. Boucher, ingénieur civil, Dr Mellet, professeur de chimie à l' Université de Lausanne et du Service hydrographique fédéral, dirigés par MM. Dr Collet et Lütschg, ont abouti à nous doter d' une méthode sûre pour le jaugeage du torrent glaciaire.

Cette méthode de jaugeage „ par titration chimique ", dont le principe a été donné en 18tJ3 déjà par Th. Schlœsing, n' avait pas été mise au point jusqu' à ce jour. Elle est des plus simples: on ajoute à l' eau du torrent dont on cherche le débit dx, une solution saline concentrée et dont la concentration ¾ est connue par un titrage préalable. Le débit dL de cette solution est maintenu rigoureusement constant. Par le brassage naturel la liqueur se mélange intégralement aux eaux torrentielles en se diluant d' autant plus que le débit de celles-ci est plus fort. On mesure par voie chimique la nouvelle concentration c% du sel dans des échantillons prélevés en un point du torrent où le brassage est suffisant. Il est évident que le nouveau débit en ce point d2 = dxdt et le débit de la solution auxiliairesont en raison inverse des concentrations en seld' où d2 = dou enfin dx = di1 qui est le débit du torrent. Il ne saurait être question LegJ ici de plus de détails. On les trouvera dans les publications des auteurs1 ). Qu' il nous suffise de savoir qu' ils emploient du simple sel de cuisine dont le dosage est fait volumétriquement par le nitrate d' argent. Des vérifications ont montré que les jaugeages peuvent se faire sans difficulté et sûrement au millième près, avec un outillage peu coûteux et peu encombrant et cela pour des torrents même très puissants. Récemment le Service hydrographique a réussi à déterminer ainsi le débit de la Massa, qui évacue les eaux du grand glacier d' Aletsch et qui jaugeait alors plus de 28 m8 par seconde. Toute autre méthode eût été impuissante.

* ) Mellet, Revue générale des Sciences, 15 XI 1913, et Communications du Service de l' Hydrographie nationale, n° 1, 1913.

On peut donc sans exagération considérer la nouvelle méthode comme un des moyens de travail les plus prometteurs qu' on ait mis de longtemps entre les mains des glaciéristes.P.L. M.

CXY. L' enneigement alpin en 1913.

Une heureuse nouvelle nous est parvenue: la Société de physique zurichoise a constitué dans son sein une Commission des glaciers l ); qui se propose d' étudier la physique des hautes régions glaciaires ( Firnregion ) et plus particulièrement l' enneige des Alpes de la Suisse orientale et centrale.

Nous sommes heureux d' accueillir dans ces „ Rapports " la première contribution de ce nouveau groupe de collaborateurs à une œuvre qui nous tient à cœur. La Commission zurichoise installera partout où faire se pourra des nivomètres à échelle fixe et des balises nivométriques mobiles, sur le principe appliqué au glacier d' Orny. Elle s' est d' ailleurs déjà mise à l' œuvre et une perche graduée, maintenue verticale par des haubans, se dresse depuis le 20 octobre 1913 sur un rocher non loin de la cabane des Clarides ( Glaris ). Un registre d' observations où les visiteurs sont priés d' inscrire la hauteur de neige lue à la perche est déposé dans la cabane.

Des préparatifs sont faits pour l' installation d' une balise sur le névé même des Clarides.

La Commission se propose également de faire des déterminations de la densité des couches superficielles du névé au moyen de l' appareil de Church. Cet appareil permet de prélever des échantillons de la neige sur une certaine profondeur et de les peser; on en déduit la densité moyenne de la couche explorée.

Le repère nivométrique des Clarides ( 2330 m ) a donné à ce jour les hauteurs de neige ci-dessous:

Commission glacioloç/ique, Zurich ( Z. G. G. ). Hauteur de la neige à la balise nivométrique fixe de la cabane des Clarides. Valeurs extrêmes extraites de la série des lectures faites pendant l' hiver 1913 à 1914.

Dates Hauteurs en cm 1913 11 XI 11 XI 23 XI 7 XII ili XII 1 II 8 II 17 III 18 111 21 III 20 IV 11 XI0 150 70 175 100 200 173 270 200 250 180 L' appareil est malheureusement très exposé au vent. C' est l' inconvénient presque irrémédiable des installations de ce genre. L' expérience seule montrera s' il est de nature à rendre sans valeur les mesures faites. En attendant on ne peut que souhaiter la continuation des observations.

. ' ) Président, M. l' ingénieur Rutgers. Oerlikon; secrétaire, M. le Dr A. de Quervain, Zurich.

Etat des neiges.

Alpes de la Suisse orientale. Notre fidèle collaborateur, M. Frauenfelder, de Schaffhouse, a parcouru, de la mi-juillet à la mi-août, le Rhätikon, le massif de l' Âlbula et une partie de l' Engadine. Dans le Rhätikon tout était à nu jusqu' à 2000 m, à peine reconnaissait-on quelques restes d' avalanches. Au-dessus de 2000 m, en revanche, la quantité de vieille neige était extraordinairement grande, beaucoup plus qu' en 1912. Sur le versant nord du Drusenpaß, où généralement s' étend un pierrier dénudé, il y avait danger sérieux d' avalanche.

Dans les massifs de l' Albula et de l' Engadine la montagne était dégagée plus haut, presque vers 2500 m. Mais dès 2700 m la vieille neige était abondante. La Cima da Tisch ( 2800 m ) exigeait un pataugeage dans la neige de plus d' une demi-heure. Au milieu d' avril les glaciers d' Err et de Porchabella étaient complètement sous la neige. Le passage de la Fuorcla Tschitta exigeait aussi le brassage de la neige, où d' ordinaire on allait presque à sec.

La différence avec 1912 c' est que les basses montagnes n' étaient pas enneigées. En résumé l' été n' a pas achevé l' œuvre de dénudation si bien inaugurée par le printemps.

Ces observations sont confirmées par celles de M. le Dr R. Billwiller, de Zurich, qui nous envoie les renseignements suivants:

Au Säntis ( 2500 m ) des observations régulières de l' épaisseur de la neige se font à l' observatoire. Nous ne pouvons donner ici tous les chiffres recueillis. Remarquons seulement qu' en 1913 la neige n' a pas disparu complètement du sommet, la couche a atteint son maximum d' épaisseur le 21 avril avec 468 cm et son minimum les 5 et 31 octobre avec 1 cm.

A Bevers ( 1710 m ) le maximum de 1913 est survenu le 24 janvier avec 65 cm de neige; le 26 avril le sol était découvert définitivement.

Alpes de la Suisse centrale. Notre fidèle collaborateur, M. le prof. Kœnigsberger, de Fribourg en Brisgau, n' a pu se rendre en 1913 dans le massif du Gothard. Il a pris en revanche le très louable soin de recueillir pour nous les renseignements que voici:

,,La neige n' a jamais abandonné la Rientallücke, mais bien au contraire s' y est étendue plus bas que les années précédentes. Les glaciers de la Gœschener Alp n' ont jamais été découverts cette année et la neige ancienne a persisté en plus grande abondance que d' habitude " ( X. Zgraggen, zum Weissen ROssli, Gœschenen ).

„ Il n' y avait guère plus de neige sur le glacier de Lucendro qu' auparavant et aux baraquements militaires de Pusmeda non plus. La Fibbia n' était pas entièrement dégagée et il y avait des restes de corniches. En général il y avait dans le massif moins de vieille neige que l' année précédente " ( David Dittli, météorologiste à l' Hospice du Gothard ).

M. Billwiller nous communique également les hauteurs d' enneigement au Gothard ( 2100 m ) en 1913. Nous y voyons que le maximum a été atteint le 2 avril avec 360 cm de neige et que le 26 juin le col était dégagé définitivement. Le réenneigement est survenu à la fin d' octobre.

Le 16 octobre, il n' y avait au glacier du Rhône de la neige que vers 2800 m. Le Bureau météorologique central a installé un totalisateur Mougin au pied du Thälistock, ce jour-là.

Le totalisateur Mougin n' est pas autre chose qu' en pluviomètre de grande capacité où l'on applique les deux principes suivants: a ) annuler l' évaporation en maintenant une couche d' huile à la surface de l' eau recueillie; b ) obliger les précipitations solides à se liquéfier en les mettant en contact avec une dissolution saline préalablement versée dans le totalisateur. Ces dispositions permettent des lectures espacées de l' appareil. On évite les effets fâcheux du tourbillonnement des flocons de neige en revêtant l' ouverture du pluviomètre de l' écran en forme de cône renversé imaginé jadis par Nipher. Ces appareils ont été employés avec succès au glacier de Tête-Rousse d' abord, dans les Alpes françaises ensuite. Le Service hydrographique fédéral en a installé au glacier d' Aletsch aussi.

Alpes de la Suisse occidentale. M. le Dr Thomas, de Genève, a trouvé les montagnes de la région de Zinal, val des Anniviers, fortement enneigées. Un pierrier, sur la face Nord du Besso, vers 2000 m, ne s' est dégagé à peine qu' en août. Une neige épaisse recouvrait la face de la cime S des Diablons, où il ne reste d' habi que quelques névés. De même pour la face SW du Diablon nord et la crête rocheuse qui relie le pied de la pointe d' Arpitetta à la Crête de Millon. D' énormes corniches existaient encore aux Gardes de Bordon, le 11 août.

Dans le massif du Trient j' ai constaté les faits suivants: Les 4 et 5 octobre 1913 la flaque de vieille neige la plus basse dans la Combe d' Orny était à l' altitude de 2330 m environ, au-dessus des Echelets; d' autres petits névés subsistaient sous les Chevrettes, sur le versant nord de la montagne. Le névé qui occupe le fond de la Combe, à 2470 m, au-dessous de la jonction des sentiers de la Combe et de la Breyaz s' est agrandi notablement depuis quelques années. Aux flancs nord des moraines du glacier d' Orny, en face de la cabane, subsistaient de nombreuses flaques. Le névé immédiatement en aval de la cabane était très marqué.

Le glacier même était assez dégagé et crevasse jusqu' à 2950 m, depuis là son enneigement était très fort. La double rimaie de 1911 n' apparaissait plus aux flancs du Portalet.

La falaise de neige soufflée qui fait face à la cabane Julien Dupuis, au Col d' Orny, s' est épaissie et a empiété beaucoup sur le couloir qu' elle laissait entre elle et le rocher de la cabane.

Val d' Entremonts. MM. Balleys et Genoud ont effectué durant l' hiver 1912 à 1913 les derniers contrôles de l' enneigement sur cet ensemble de repères échelonnés entre Orsières et le Grand St-Bernard et qui nous ont fourni neuf années consécutives d' observations. La ligne télégraphique de l' Entremonts a subi récemment de telles modifications qu' il eût fallu remanier complètement notre réseau. Outre que le temps nous a manqué pour le faire nous avons jugé plus utile de mettre à profit cette trêve forcée pour étudier les résultats obtenus. Cette étude est résumée au CXIII du présent Rapport. Je prie le lecteur de s' y reporter me bornant à consigner ici, dans les tableaux III et IV, le résumé des observations de l' hiver 1912 — 1913.

On voit que l' hiver 1912-1913 a été peu neigeux, bien moins neigeux que 1910—1911 et qu' en outre le maximum de l' enneigement à été anormalement tardif. Cela tient à d' abondantes chutes de neige survenues au printemps et dont l' ex sur la normale atteint environ 40 °/o.

E. Muret et P.L. Mercanton.

Tableau III.

Epaisseur de la neige gisante en centimètres. Tableau ( Le long de la route Orsières-S'-Bernard. ) Poteau Année Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Année Poteau O' s Date 1 15 1 15 ì 15 ì 15 l 15 î 15 1Date o CM E 1910 15 30 30 10 20 15 15 15 120 70 201911 CM CM IN 2 1911 — 10 30 20 20 30 20 15 5 101912 1912 30 25 30 20 Kl 4015 5 50 20 801913 t— Date 1 15 1 15 1 15 1 15 1 15 1 15 1 15 1 15 î 15 Date 27a ^S 1910 10 1011 30 50 80 80 80 80 150 470 440 400 320 250 180 80 30 — 1911 6(1 ( 22 1911 30 30 80 120 125 150 155 160 160 165 145 140 110 90 80 701912 1912 90 105 IO 40 50 80 120 110 100 100 190 170 150 190 120 701913

à

Tableau IV.

Chutes de neige au Val d' Entremonts en centimètres. Ecarts avec les 11 dernières années.

1913 Martigny 480 m Orsières 890 m Bourg St-Pierre 1633 m Grand St-Bernard 2475 m Chutes de neige cm Ecarts 11 ans Chutes de neige cm Ecarts 11 ans Chutes de neige cm Ecarts II ans Chutes de neige cm Ecarts 11 ans Hiver Printemps.

Eté... Automne 26 5 0 0 0 — 8 74 10 0 0 — 1 — 8 0 — 15 71 136 0 17 — 73 + 33 0 — 45 448 415 61 336

+ 47 + 97

+ 16 + 73

Année 31 — 84 — 25 224 — 84 1260

+ 179

Nivomètre des Diablerets ( 3030 m ). Cette échelle restée enfouie sous la neige pendant toute l' année 1912 déjà, n' a pas été visible non plus en 1913. Il sera remédié, en 1914 si possible, à cette fâcheuse situation.

Nivomètre d' Orny ( 3100 m. Lors de notre visite du 4 janvier 1913 M. Ed. Correvon et moi n' avions pu retrouver exactement l' emplacement du nivomètre, enfoui complètement. Nous avions tracé au vernis rouge un liséré au niveau de la neige. Le 1er mai, ce liséré était invisible à son tour; le 30 juin il était réapparu et la neige affleurait le rocher à quelque 80 cm au-dessous. Postérieurement les divisions du nivomètre se sont dégagées et j' ai pu constater, le 4 octobre, que le liséré correspondait sensiblement au n° 20 de l' échelle primitive. J' ai alors repeint cette échelle, arrêtée en 1910 au chiffre 17, jusqu' au n° 24, en ayant soin de placer les chiffres au milieu des traits de la graduation comme ci-contre — 2 2 —. CetteRésultat d' une mesure récente.

manière de faire me paraît préférable au mode anciennement utilisé en ce qu' il n' en pas d' erreur notable, si la neige affleure plus ou moins obliquement le rocher. C' est le point central du numéro qui sert de repère. Je recommande de procéder ainsi partout daus l' établissement de nivomètres sur des surfaces rocheuses irrégulières. Le tableau VI résume les observations de 1911 à 1913; le tableau VII donne le bilan nivométrique pour les trois dernières années aussi:

Nivomètre d' Orny ( 3100 m ).

Tableau VI.

( 2 degréi s valent 1 mètre. ) Dates Degrés 1911 1912 1913 4 I20 6 III

>20

( enfoui16 IV

>20

( enfoui1 Y20 ( enfoui ) 27 V

>20

Tahlpiii VU Accumulation Dissipation Bésidu lableau vii. ffiw Mètres Eté Mitres Automne Mitres 1910—1911 >6 1911 >7 1911 —1.5 1911—1912 >7 1912 >3

1912 +4

1912 — 1913

>3.5

1913

>3.5

1913 0 II ressort de ces tableaux que le minimum annuel, 12 le 9 IX, n' a pas été aussi bas que celui des années précédentes. La différence avec 1912 est cependant faible; le glacier n' a ni gagné ni perdu en épaisseur non plus.

Balise nivométrique. Cet engin qui saillait de 206 cm hors du névé le 4 janvier n' en ressortait plus que de 45 cm le 1er mai. Le 4 octobre la portion émergée avait 157 cm de longueur. La balise s' étant inclinée de quelque 20 " sur la verticale, la couche de névé gagnée par le collecteur à été de 46 cm environ entre le 4 janvier et le 4 octobre.

MM. Correvon et Marcel Bornand, dont j' ai déjà eu déjà l' occasion souvent de reconnaître ici le dévouement pour notre entreprise nivométrique, m' ont aidé à transporter à la cabane Dupuis les pièces nécessaires au prolongement de la balise. Deux nouveaux tubes de 2 mètres ont été placés. La balise prolongée issait donc de la neige, sous une inclinaison de 20° et sur 359 cm de longueur, le 4 octobre. Il n' est pas possible malheureusement de corriger la balise de son inclinaison. Les tubes d' acier qui la constituent s' opposent à toute flexion et le mouvement du glacier ne peut qu' accentuer cette inclinaison. Il ne reste qu' à en tenir compte.

Nivomètre de PEiger ( 3100 m ). Grâce à l' obligeant appui de M. l' ingénieur Liechti et par les soins attentifs du chef de la station Eismeer, que je remercie ici beaucoup, les observations se poursuivent à ce nivomètre presque quotidiennement avec une régularité exemplaire.

Le tableau VIII résume les lectures; le tableau IX met en évidence les principales variations en 1913, enfin le tableau X renferme le bilan nivométrique depuis 1911.

Nivomètre de l' Eiger ( 3100 m ).

Tableau VIII.

( 2 degres valent 1 mètre. ) Depre'.s Dates 1911 1912 1913 1914 4 I 43 10 36 — 16 I 38 22 40

>52

3 II 27- 30 50 43 16 11 24 25 40 — 2 III 45 28 39 — 16 III 42 34 38 — 31 III 41 35 45 — 13 IV 37 40 47 — 29 IV 39 39 44 — 17 V 32.

40 42 — 1 VI 22 34 39 — 15 VI 17 26 32.5 1 VII192832.5 Les variations périodiques des glaciers des Alpes suisses.

Degrés Dates 1911 1912 1913 15 VII 7 16 33.5 1 VIII — 8 11 34.5 L5 VIII — 18 10 35 1 IX — 24 21 28.5 15 IX — 26 20 23 1 X — 25 15 21.1 15 X — 18 14 20.5 5 XI — 12 27 — 16 XI _ 2 35 35 4 XII — 6 38 42 20 XII — 1 35 42 30 XII 8 401914 Minimum absolu 1912 ( 5 VIII ) Maximum absolu 1913 ( 25-28 I ) Minimum absolu 1913 ( 15 X ) Tableau IX.

MaximumsMinimums en degrésen degrés Dates DegrésDates Degrés 19139 1 34 t 50 20.5 Amplitudes en mètres ( 2 degrés = 1 m ) Décrue Crue 26 I50 6.5 27 II 37 7 V 19 VI30 24 VII36 7 X 20.5 13 12 XII 17 2.5 20 XII 42

19 I

1914

>52

Tableau X Accumulation HiverM2tres 1910—1911 16.5 1911—1912 33 1912—1913 20 1913 — 1914 > 16 Dissipation EtéMètres 191135.0 19121G.5 191315 Résidu Automne ISÌivcs 191119 191216.5 1913f 5 E. Muret et P.L. Mercantati- li est remarquable que ce bilan solde par une plus-value d' enneigement de 5 m, tandis que celui du nivomètre d' Orny solde par 0; cela tient sans doute en partie à la sensibilité très grande de l' appareil de l' Eiger où l' amplitude de la variation annuelle est environ sextuple de celle d' Orny.

Le résidu à ce dernier nivomètre eût dû être cependant de quelque 1 mètre; il est invraisemblable qu' il eût échappé à l' observation.

L' établissement d' une nouvelle échelle au Jungfraujoch serait hautement désirable. Nous osons en formuler le von auprès de la Direction du chemin de fer de la Jungfrau.

Nivomètres de l' Aletsch. M. le directeur Dr Collet vent bien accorder à ces „ Rapports " la primeur des relevés faits aux échelles nivométriques installées par le Service hydrographique fédéral au voisinage de la cabane Concordia du C.A.S., au grand glacier d' Aletsch.

Des six nivomètres installés en 1912, un, celui du Dreieckhorn, a dû être abandonné; en revanche il en a été établi deux nouveaux: Grüneck II et Trugberg II, de telle sorte que la „ place de la Concorde " est à l' heure actuelle encerclée de nivomètres. Cela augmentera certainement le valeur des observations.

Le tableau XI donne l' ensemble des relevés de 1913; le tableau XII le bilan des diverses échelles.

Tabi. XI.S] Straklhorn, près du lac de Märjelen, va de 10 à 15 m, une + est de 16 m

I

19 II 1913 16.0 m 30 V 1913 15.3 n 17 VII 1913 13.8 n 20 IX 1913 10.9 13 X 1913 10.5 n 9 VIII 1912 lO.o ni 18 II 1913 13.2 Ti 25 III 1913 13.8 TJ 29 III 1913 13.8 n 30 V 1913 14.5 n 18 VII 1913 12.5 n 20 IX 1913 9.7 n 13 X 1913 10.5 V 7 II 1914 13.2 n 18 II 1914 13.0 n 24 IX 1912 9.8 m 18 II 1913 introuvable 18 VII 1913 15.5 m 20 IX 1913 11.0 j ) 20 II 1913 15.0 ni 25 III 1913 15.1 n 29 III 1913 14.8 18 VII 1913 12.5 n 12 IX 1913 12 „ moraine 13 X 1913 12 _ moraine [F] Faulberg, près cabane Concordia, va de 10 à 17 m [G i] » ) Grüneck 1, p. 2802, vis-à-vis cabane Concordia, va de 10 à 21 m [Gii] Grüneck II, Angle sur Ewig-Schneefeld, va de 12.5 à 19.5 m Les variations périodiques des glaciers des Alpes suisses.

25 IX 1912 8.8 m [Ti] 3 ) Trugberg I, 18 II 1913 introuvable, recouvert près du point 2856, 18 VII 1913 n va de 9 à 12 m 21 IX 1913 10.5 „ 13 X 1913 lO.oTri] Irugberg II, près du point 2909, va de 10 à 14 m J18 VII X 1913 1913 lO.o m 6.5K] Kranzberg, ( 25 IX 1912 8.8 m Extrémité de la plus grande arête Est, l 18 Ul II 1913 13.0 „ va de 9 à 13 m IX 1913 8.9 „ Tableau XII.

Bilans ( en mètres ) Accumulation Dissipation Résidu Nivomètres ^ été 1913 automne 1913 Strahlhorn [S] 5.6 5.5

l Faulberg [F] 3.2 4.8 — 1.

6 Grüneck I [G i] 5.7 4.6

1 Grüneck II [G n3..

Trugberg I [Ti]

>3.2

> 2.0

9 Trugberg II [Tu3.j

Kranzberg [K] 4.2 4.,

1 Les résidus automnaux présentent des divergences plutôt grandes. Il s' agit là évidemment de l' effet des équations propres des nivomètres. En gros il semble y avoir tendance faible à enneigement progressif. Le nivomètre du Faulberg qui présente un déficit résiduel est précisément orienté vers le nord. Nous ne pouvons nous expliquer clairement son anomalie. En moyenne le résidu a été pour les cinq nivomètres S, F, Gì, Ti, K de + 0.2 m.

Conclusion. 1912 à 1913 a été une année d' enneigement presque stationnaire, avec une faible tendance à la progression.P.L. M.

C33TI. Chronique des glaciers suisses en 1913.

Les inspecteurs forestiers suisses ont mesuré en 1913 la variation de longueur de 59 glaciers.

En dehors de ces observations, il nous en est parvenu de M. le prof. Guex à Vevey, concernant le glacier du Trient, du Dr Thomas concernant les glaciers du Weishorn et de Moming et de la Commission des glaciers concernant le glacier du Rhône.

Voici le résultat de ces observations:

E. Muret et P.L. Mercanton.

I. Bassin du Rhône.

A. Alpes valaisannes.

f 7 y¾ An au Variation en Dernière ijriacier.

1911 1912 1913 année de crue.

m m m Rhône — 10 — 11

4-14

1913 Fiesch — 2 — 0.5 — 6 Aletsch — 18g — 11 Latschen — 13 — 5 — 2 Zanfleuron — 3

4- 9

0 1912 Kaltwasser — 9 4~ 7 — 6 1912 Allalin — 1 — 2 — 3 1894 Gorner — 5 — 7 — 6 Turtmann — 18 — 5 — 29 1908 Durand ( Zina122 — 10 — 10 Ferpècle — 28 — 11 — 30 1894 Arolla — 2522 — 17 Zicfiorenove — 20 — 3 — 2 1896 Mont-Fort — 8 0 0 Grand Désert.

— 20 — 10 — 8 Valsorey — 6 — 1 — 4 1899 Saleinag — 26 — 31 — 13 1896 Trient — 1611 1896 - B. Alpes vaudoises.

Variation en Dernières ( jrlacîer.

1911 1912 1913 années de crue.

m m m Paneyrossaz — 18 — 14 — 0.5 1912 Martinets — 11

4- i

4- i

1912 et 1913 Grand Plan-Névé — 3

4-15

— 3 1912 Petit Plan-Névé — 1

— 3 1912 Le Dard — 26

1910 et 1913 Scex Rouge — 11

4- 9

1910 et 1913 Prapios — 14

4- 10

1912 La langue du glacier de Paneyrossaz a changé de forme d' une façon assez sensible. Bien que la moyenne des observations aboutisse à un léger recul, il y a eu cependant allongement sur divers points et la dépression du sol en avant du glacier, remplie d' eau il y a quelques années, est maintenant #ecouverte de glace. ( Golay. ) Le névé qui recouvrait les points du glacier des Martinets situés à l' ombre au pied des rochers de la Dent-Favre, prend l' aspect d' un glacier, sans' doute à la suite des dernières années pluvieuses et froides. ( Golay. ) Le glacier du Dard s' étend depuis cette année dans toute la combe inférieure recouverte par le névé depuis 1912. Cette transformation est due sans doute à l' enneigement considérable de 1912 et 1913. Au 3 septembre la partie supérieure du glacier était recouverte encore d' une couche de neige de l.i m d' épaisseur. ( Graff. ) Les variations périodiques des glaciers des Alpes suisses.

M. le Dr Thomas avait posé en 1911 des repères devant deux lobes du glacier de Moming-, en 1913 l' un avait reculé de 2 m, l' autre avancé de 15 m. La même opération faite sur le lobe nord du glacier du Weisshorn a indiqué pour ces deux années un recul total de 25 m.

Les mensurations de la Commission des glaciers, en 1913, au glacier du Rhône ont révélé:

a ) une notable augmentation de hauteur et de section dans tous les profils du glacier, collecteur et dissipateur; b ) une augmentation notable de la vitesse superficielle de la glace dans les profils rouge et jaune de 1912 à 1913; pour le névé il y a augmentation de vitesse aussi de 1909 à 1913; c ) un accroissement de longueur du front, partie gauche, da à l' accumulation de masses éboulées provenant de la cataracte. L' augmentation de longueur a été de 14 m en moyenne, et la langue a recouvert 5600 m2 de terrain. 1914 nous dira s' il s' agit là d' une crue caractérisée et durable, ce que les augmentations de section et de vitesse citées plus haut feraient prévoir.

Glacier.

II. Bassin de l' Aar.

Canton de Berne.

Variation en Dernières 1911 1912 1913 années de crue.

m m m — 11

1912 et 1913 — 10

— 14 1912 —

+ 20

+ 17

1912 et 1913 — 40

+ 20

+ 20

1912 et 1913

+ 27

+ 14

+ 15

1909 et 1913 -52 — 0 1902 — 71899 — 60Stein Unteraar Ob. Grindelwald Unt.

Eiger Blümüsalp Gamchi Wildhorn Gelten Tschingel De 1893 à 1906, le glacier inférieur de Grindelwald a régulièrement reculé de 20 à 25 mètres par an. Depuis 1907 ce glacier présente de nouveau des symptômes de crue qui n' ont été interrompus que durant l' année très sèche de 1911 où le recul a été de 40 mètres. ( Marti. ) III. Bassin de la Reuss.

Glacier.

Variation en Dernière i 1911 1912 1913 année de crue m m ni A. Canton d' Uri.

Kartigel — 5 — 3 — 1 1910 Wallenbülil - 15 — 3 — 2 1909 Kehlefirn - 18 0 — 5 1902 Erstfeldg — 1 0 1902 Hüfi — 4g — 3 Brunni — 18 — 15 — 6 E. Muret et l'.L. Mercanton.

Glacier.

1911 Variation en 19121913 mm B. Canton d' Obwalden.

0 + 0.59 à s' élargir; dans la partie Dernières années de crue.

1908, 1913 1912 1912, 1913 inférieure le glacier s' est GriessFirna — 3 + 12 Le Firnalpeli tend affaissé; dans sa partie supérieure au contraire l' apport des neiges en a sensiblement augmenté l' épaisseur, ( de Tribolet. ) IV. Bassin, de la Linth. Canton de Glaris.

fri rtPìPr Variation en Dernières 1911 1912 1913 années de crue.

m m m Biferten — 37Clarides — 20Sulzgletscher13 V. Bassin du Rhin.

A. Canton des Grisons.

Zapport — 24

+ 12

1912, 1913 Paradies — 17

+ 11

— 22 1912 Tambo — 10

+ 10

1912 Segnes — 34Lenta — 13 —

1910, 1913 Puntaiglas — 10

+ 22

1913 Lavaz — 20 — 12 — 15 Porchabeïla

+ 21

+ 14

__ g 1912 Vorab — 18 — Scaletta — 9B. Canton de St-Gall.

Piz Sol — 7

1910, 1912, 1913 Sardona — 5

1910, 1912, 1913 VI. Bassin de l' Inn.

Canton des Grisons.

Schwarzhorn — 71909 Rosegg — 32 + 0.5 — 25 1912 Morteratsch — 20

— 10 1912 Picuogl6 — 1 1905 Lischanna — 241910 VII. Bassin de l' Adda.

Canton des Grisons.

Palü — 27 — 21 — 24 1895 Forno — 12 — 14 — 13 Les variations périodiques des glaciers des Alpes suisses.

VIII. Bassin du Tessin.

Glacier.

1911 m Variation en 1912 m 1913 m Dernières années de crue.

A. Canton des Grisons.

Muccia — 30

1912, 1913 B. Canton du Valais.

Bossboden — 10

1912, 1913 C. Canton du Tessin.

Basodino Bresciana Lucendro — 38 — 14 — 65 —

+ 8 + 4

1913 1913 Récapitulation.

Bassin Ganton Observés certaine Nombre de glaciers: En crue Station-probable douteuse naire douteuse En décrue probable certaine Rhône Valais Vaud 17 71 1 2 0 1 4 14 Aar Berne 84 1 1 — 1 1 Beuss Uri Obwalden 6 3 1 — 1 1 15 Linth Glaris 11 Rhin Grisons Sl-Gall 7 2 — 1 2 23 1 Inn Grisons 32 1 Adda Grisons 22 Grisons 11Tessin Valais 11Tessin 2Total 1913 61 1 10 9 5 1 LO 25 1912 51 2 9 12 2 24 2 — 1911 67 1 1 1 1 42 13 S La majorité des glaciers observés est toujours en décrue, mais on croit distinguer comme une tendance à la crue, apparente déjà depuis 1909 et 1910, annulée en 1911 par les eftets du merveilleux été de cette année, très caractérisée en 1912 ensuite de l' été humide et froid, sensible enfin cette année encore.

Nous avons en 1913, 20 glaciers en crue, contre 23 en 1912, 3 seulement en 1911, 17 en 1910 et 11 en 1909.E. M.

III.

Kleinere Mitteilungen.

Feedback