De l'abri de fortune à l'auberge solide. 150 ans d'implantation de cabanes dans les Alpes (1re partie)

150 ans d' implantation de cabanes dans les Alpes ( 1 re partie )

Les débuts: l' aînée des cabanes CAS est la grünhornhütte de la section tödi. bâtie en 1863, elle avait pour couverture une bâche que l'on enroulait à l' automne.

D' un bivouac sommaire à une bâtisse de deux étages: la Muttseehütte, une construction de pierre de 1934, typique de l' époque. La précédente ( dessinée par l' architecte glaronais Julius becker ) était encore en bois.

Photo: extraite de Heinrich Dübis, Die ersten fünfzig Jahre des Schweizer Alpenclub, 1913 T E X T E roland flückiger-Seiler, berne ( trad. )

niers durent longtemps encore se contenter de bivouacs sommaires sous des surplombs.

Les premiers abris du CAS

Au cours du XIX e siècle, les ascensions plus fréquentes des sommets de 3000 et 4000 mètres transformèrent les excursions alpines en expéditions toujours plus longues et éprouvantes. Il fallut faire face à une demande accrue d' hébergements de haute altitude, permettant de répartir les efforts des longues expéditions sur deux ou plusieurs jours. Le CAS, créé en 1863, considéra dès lors la construction de gîtes de montagne comme l' une de ses tâches prioritaires. Il fallait ériger au moins une cabane chaque année. L' année même de la création du Club fut ainsi construite la Grünhornhütte au Tödi, décrite comme suit dans une chronique de l' époque: « Notre cabane du Grünhorn est constituée de quatre bons murs épais de 4 pieds (... ). Quatre poutres assemblées en triangles supportent une grande bâche rouge servant de toit. Celle-ci, au moment du départ, doit être roulée et rangée dans la cabane. » D' autres refuges aussi spartiates furent bâtis en peu de temps, suivis en 1864 de la deuxième cabane du CAS, la Trifthütte, construite en bois, puis en 1867 de la Glärnischhütte et l' année suivante de la Cabane supérieure du Cervin, un refuge d' urgence sur l' arête. Jusqu' en 1890, le CAS fit ainsi construire trente-sept nouvelles ca-

DE L' Abri DE fortunE à L' AubErgE SoLiDE

150 ans d' implantation de cabanes dans les Alpes ( 1 re partie )

Photo: Schönwetter, extrait de Ergänzungsblätter des SAC-Hüttenalbums 1937

banes de montagne, principalement dans la région située entre l' Oberland bernois et l' est de la Suisse. Dans la plupart des cas, des pierres du voisinage en constituaient le principal matériau de construction et leur durée de vie fut brève: presque toutes furent remplacées avant le tournant du siècle par de nouvelles constructions. Ainsi de la Trifthütte, remplacée après trois ans, et de la Grünhornhütte, entièrement reconstruite en 1897.

L' emplacement des premières cabanes était choisi pour échapper aux caprices de la nature. Elles étaient souvent situées à l' abri d' un grand rocher qui leur servait de paroi arrière. Les toits en pente, appuyés à la paroi rocheuse, protégeaient ces modestes masures des avalanches. On peut constater une analogie frappante entre ces abris rustiques et les cabanes de bergers sur les alpages.

La génération des cabanes des années 1900

La construction des cabanes du CAS connut un e grande évolution dès la fin des années 1880. Un des principaux acteurs en fut l' entrepreneur glaronais Julius Becker, qui construisit et répara de nombreuses cabanes. Il publia en 1892 un mémoire détaillant, plans de constructions récentes à l' appui, la manière idéale de bâtir des refuges de montagne. Il donnait la préférence aux constructions de

Le plan de la première Elahütte montre que l'on cuisinait et mangeait dans la même pièce, ce qui n' était pas une mince affaire lorsque la cabane était pleine. Les premières cabanes offraient peu de places: l' Elahütte de 1879 ( qui se nommait alors Aela-Hütte ) offrait dix places de couchage sur 17 mètres carrés.

bois, en raison de la flexibilité du matériau. Les éléments de montage pouvaient être préfabriqués avant d' être transportés pour l' assemblage sur place. C' est surtout à son influence que l'on doit la généralisation de l' emploi du bois pour la construction des cabanes du CAS à la fin du XIX e siècle. En 1883 déjà, les guides de l' Oberhasli n' avaient utilisé que le bois pour la construction de l' Ober aarjochhütte, et les nouvelles cabanes érigées depuis 1902 le furent en bois exclusivement. En 1885, on vit pour la première fois un architecte, le Glaronais Hilarius Knobel, mandaté pour la construction d' une cabane, la Glärnischhütte.

Le nombre de cabanes augmenta rapidement à la fin du XIX e siècle, et le CAS en comptait plus de 60 en 1900 déjà. La plupart n' étaient plus construites à l' abri de rochers ou de parois en surplomb, mais sur des arêtes ou à d' autres endroits dégagés. C' étaient des aménagements très simples. A l' intérieur, on trouvait des couchettes et un

Photo: v. G. W alty, extr aite de Klubhüttenalbum des S.A.C.

, 1911 Photo: ar chiv es du C A S Les constructions de bois coûteuses ont commencé vers 1880 à remplacer les simples constructions de pierre. on peut le voir à l' exemple de la Weisshornhütte construite en 1900, qui offrait vingt-quatre places. L' entrepreneur glaronais Julius becker a exercé une grande influence sur cette évolution. Evolution typique des années 1900: on bâtit de plus en plus fréquemment les cabanes sur des arêtes exposées ou des emplacements dégagés, comme la blüemlisalphütte ( Hohtürlihütte ) construite en 1899.

La nouvelle finsteraarhornhütte de 1905 offrait douze places. Elle a été construite avec le bois de l' ancienne oberaarjochhütte de 1883. Cette dernière avait été l' une des premières cabanes de bois.

Photo: Julius Becker/ar chiv es du Musée alpin suisse Photo: D r R aillar d, extr aite de Klubhüttenalbum des S.A.C.

, 1911 Photo: Pr of. Bodenstein, extr aite de Klubhüttenalbum des S.A.C.

, 1911

coin séparé pour cuisiner. S' il y avait deux pièces, les couchettes étaient en général reléguées à l' étage. L' eau courante et l' électricité étaient aussi étrangères à ces refuges que le chauffage ou la salle de bains. Le règlement des cabanes de 1886 stipulait seulement que la présence d' eau potable à proximité était souhaitable.

Avec la Silvrettahütte et la Calandahütte, on vit apparaître en 1891 un modèle particulier de cabane qui ne suscita pas de copies ailleurs que dans l' est de l' arc alpin: un bâtiment rectangulaire de deux étages en pierre, coiffé d' un toit en bâtière faiblement incliné. La Raschèrhütte ( 1895 ) et la Tschiervahütte ( 1899 ) furent par la suite construites sur le même modèle.

L' ancienne Silvrettahütte de 1891 maintenue comme refuge d' hiver, la Grünhornhütte rénovée peu avant le tournant du siècle et la Berglihütte de 1904 appartiennent à la courte liste des cabanes de la génération d' autour de 1900. On a préservé aussi la Dammahütte, exposée en 1914 à l' Exposition nationale de Berne puis transportée en montagne dans le pays d' Uri.

Deux générations de la trifthütte: à droite sur la photo, la première construction de 1864 ( pour 6 personnes ), et à gauche la construction de bois ajoutée en 1906. Elle offrait vingt-sept places, dont quatorze dans la salle commune chauffée et treize sous le toit.

troisième génération de la trifthütte, planifiée en 1940. La cons truction de pierre typique de l' époque est encore intacte. Elle a été agrandie en 2008 par l' ajout d' une annexe.

Photo: F. Rohr, extr aite de Klubhüttenalbum des S.A.C.

, 1911 Illustr ation: ar chiv es du C A S

La construction traditionnelle de pierre au XX e siècle

Au début du XX e siècle, la construction des cabanes cherche ses repères dans l' architecture régionale traditionnelle. Ce style patriotique naissant ( « Heimatstil » ) reçoit

intérieur de la trifthütte vers 1906: l' hébergement était encore très simple. Les derniers arrivés dormaient sur les bancs ou sur les tables.

Plan de la deuxième trifthütte vers 1906: 36 mètres carrés par étage suffisaient à héberger vingt-sept montagnards. Les couchettes étaient calculées pour une largeur d' épaules de 60 centimètres. Plan de la troisième trifthütte de 1940: la construction de pierre de deux étages offrait enfin davantage de place. il y avait des pièces séparées permettant à quarante personnes de cuisiner, manger et dormir. toutefois, leur largeur d' épaules ne devait pas dépasser 60 centimètres.

alors le ferme appui de l' association Patrimoine suisse ( Heimatschutz ), fondée en 1905. On voit ainsi se dessiner une évolution marquée surtout par l' apparence donnée aux façades. Les cabanes sommaires en bois sont, après la Première Guerre mondiale, remplacées par des construc-

Plan: ar chiv es du C A S Plan: ar chiv es du C A S Photo: N. Hinder, extraite de Klubhüttenalbum des S.A.C., 1911

tions de pierre faites de moellons équarris aux faces extérieures sommairement taillées. Les toits gardent leur forme à deux pans, mais l' éternit, nouveau à l' époque, concurrence la tôle pour la couverture. La Capanna Campo Tencia, ouverte en 1912, inaugure le nouveau type de cabane de pierre. La cabane Länta est achevée l' année suivante. La construction de ce nouveau type de cabane doit son succès à l' impulsion décisive de l' entrepreneur et conseiller municipal zurichois Gustav Kruck, engagé lui-même dans la construction de plusieurs cabanes. Il s' assura la collaboration d' architectes connus, comme les frères Pfister pour la Cadlimohütte ( 1916 ), Edwin Dubs pour la Voralphütte ( 1920 ) et Heinrich Bräm pour l' Albert ( 1918 ), la Dom-Hütte ( 1919 ) ainsi que la Kröntenhütte ( 1921 ).

Dans les Alpes suisses, la construction des cabanes obéit durant de nombreuses décennies à cette typologie, que l'on peut définir comme celle des cabanes du CAS de la première moitié du XX e siècle. Certaines d' entre elles ont conservé à ce jour une apparence inchangée, comme par exemple la cabane de l' A Neuve, construite en 1927 dans le val Ferret, la Hüfihütte de 1937 dans le pays uranais, la cabane de Chanrion de 1938 à l' extrémité du lac de Mauvoisin, la Claridenhütte de 1943 dans le pays glaronais, la Ramozhütte de 1948 dans le Schanfigg, la Rothornhütte de 1948 au-dessus de Zermatt, ou la Gspaltenhornhütte de 1952 dans le massif de la Blüemlisalp. L' une des dernières cabanes construites sur ce modèle, la nouvelle Almagellerhütte dans le Saastal, date de 1984. Peu de cabanes se distinguaient de ce modèle uniforme. On peut citer la nouvelle Calandahütte, construite en 1917 par les architectes SchäferRisch, de Coire, pour remplacer l' ancienne emportée par une avalanche. Sa façade crépie était enrichie de formes décoratives et percée de fenêtres en entonnoir. L' architecte glaronais Hans Leuzinger, mandaté pour le remplacement de la Fridolinshütte, projeta en 1921 une construction de style traditionnel coiffée d' un toit en bâtière. En 1929 par contre, il dota la nouvelle Planurahütte d' un appentis et d' un plan horizontal en forme de banane. Cette nouvelle forme et des études préliminaires d' un plan polygonal pour l' Ortstockhaus à Braunwald, construite peu après, ouvrirent la voie aux plans polygonaux proposés par l' architecte Jakob Eschenmoser trois décennies plus tard.

Peu de nouvelles cabanes CAS virent le jour durant l' époque d' essor économique consécutive à la Deuxième Guerre mondiale. Elles sont caractérisées par l' usage accru du bois en combinaison avec les traditionnels moellons pour la construction des façades, à l' exemple de la Hund steinhütte de 1959. L' architecture de la fin des années 1960 est caractérisée par des toits à deux pans asymétriques sans avant-toit, dont la couverture d' Eternit se prolonge directement dans la façade. On peut en voir des exemples dans la Bergseehütte de 1966 ou dans la Ringelspitzhütte de 1969. a

Les constructions de pierre des années 1910 à 1960 passent généralement pour typiques des cabanes du CAS. La cabane de Chanrion, une de celles qui ont été partiellement préservées, a été construite à neuf en 1938.

Photo: extr aite de la « 4. Serie Er gänzungsblätter 1946 » des Clubhütten des S.A.C. 1931 Photo: Th. von Matt, extraite de Schweizer Alpen-Club. Clubhütten 1928

bibliographie:

Dres Balmer, Wanderziel Hütte – Ein Kulturführer zu 50 SAC-Hüt-ten, Berne 2006 Julius Becker-Becker, Les Cabanes du Club Alpin Suisse, Genève 1892 Julius Becker-Becker, Die Schirmhäuser des Schweizerischen Alpenclubs, Glaris 1892 Madlaina Bundi ( éd. ), Erhalten und Gestalten. 100 Jahre Schweizer Heimatschutz, Baden 2005 Les cabanes du Club Alpin Suisse en 1927, Lausanne 1928 Clubhütten des Schweizer Alpen Club, Zurich 1931 Elisabeth Crettaz-Stürzel, HeimatstilReformarchitektur in der Schweiz 1896-1914, vol. 1-2, Frauenfeld 2005 Wilhelm Egloff, Annemarie Egloff-Bodmer, Die Bauernhäuser des Kantons Wallis, vol. I: Das Land. Der Holzbau, das Wohnhaus ( Die Bauernhäuser der Schweiz, vol. 13 ), Bâle 1987 Roland Flückiger-Seiler, Hotelträume zwischen Gletschern und Palmen. Schweizer Tourismus und Hotelbau 1830-1920, Baden 2001 Roland Flückiger-Seiler, Hotelpaläste zwischen Traum und Wirklichkeit. Schweizer Tourismus und Hotelbau 1830-1920, Baden 2003 une première dans la construction de pierre: la partie droite de la Capanna Campo tencia a été bâtie en 1912. Elément typique d' un aspect extérieur influencé par le Heimatstil, les blocs de pierre grossièrement équarris et le toit d' Eternit.

La Kröntenhütte, bâtie en 1921. Dans la mesure du possible, les cabanes étaient construites avec des matériaux prélevés dans les environs.

Roland Flückiger-Seiler, « Débuts de l' hôtellerie alpine en Suisse », Les Alpes, 6/2004, Berne, pp. 48-50.

Roland Flückiger-Seiler, Alpine Hotels zwischen Rhonequelle und Furkapass ( Schriften des Stockalperarchivs in Brig, cahier 44 ), Brigue 2008 Willy Furter, Manfred Hunziker, Das grosse Clubhüttenbuch, 6 e édi- tion, Berne 2002 Paul Hertig, « Chilbi auf dem Unteraargletscher 1842 », Der Kleine Bund, supplément dominical du journal Der Bund du 7 janvier 1995, p. 7 Gustav Kruck, Die Klubhütten der Sektion Uto S.A.C., Zurich 1922 Marc Petitjean, SAC-Hütten: Geschichte, Entwicklung und Typologie, Wahlfacharbeit an der ETH Zürich, unveröffentlichtes Typoskript, Zurich 1997 ( archives CAS Berne ) Felix Weber, 175 Jahre Rigi Kulm-Hotel, Rigi Kulm 1991 Gregor Zenhäusern, « Domus Montis Iovis. Zu Anfängen und Ent wicklung eines Passhospitals ( XI.. " " .XIII. Jh. ) », Vallesia 54, 1999, pp. 161-204 Photo: W. Borelli, extraite de la « 3. Serie Ergänzungsblätter 1937 » des Clubhütten des S.A.C. 1931

Alpinisme et autres sports de montagne

Alpinismo e altri sport di montagna

Alpinismus, Berg- u.a. Sportarten

Un nouveau sport conquiert la Suisse

Feedback